JULES GAILLY (1888-1959)

Carrière :

– Instituteur adjoint à Verdelot et à Lagny
– Chargé d’école en classe unique à Jaignes
– Directeur à Saint Cyr sur Morin, Crouy sur Ourcq, La Ferté sous Jouarre jusqu’à sa mise à la retraite et il revient vivre à Crouy.

Vie :

1918 : retour du front (où il fut blessé 2 fois et gazé), lieutenant, chevalier de la légion d’honneur.
Il a au coeur l’amour de la paix et un besoin de justice sociale.

1919 : notre vieille amicale, l’Union des Instituteurs et Institutrices de Seine et Marne, se transforme en syndicat, c’est l’aube des temps nouveaux. Il fait partie du bureau où il exerce les fonctions de secrétaire de la commission pédagogique ; c’est l’homme qui est à l’origine d’études toujours actuelles : réforme de l’enseignement, groupement d’écoles, ramassage des élèves.
Un traité d’arithmétique pour le cours moyen porte son nom et celui du professeur Weber.

1951 : il prend sa retraite, mais continu son activité militante et organise dans presque toutes les communes de son canton une tournée de conférences sur la défense laïque avec la participation d’instituteurs syndiqués.

Jules Gailly fut également un poète délicat, sensible à la beauté d’un univers dont il ne voyait pas les laideurs.